AMP Association Musicale Populaire

Le Chant Choral Amateur

Notre histoire

A l'origine: La Fédération Musicale Populaire

1935 – 1940

Dessin de Jean Cocteau pour la FMP (1958)

Avant la seconde guerre mondiale, la montée du nazisme et du fascisme en Europe incite un grand nombre d'artistes et d'intellectuels français à se mobiliser pour défendre les valeurs de la République. Ainsi prend naissance la Fédération Musicale Populaire, saluée par l'écrivain pacifiste Romain Rolland et présidée successivement par les compositeurs Albert Roussel et Charles Koechlin.

Il s'agit de créer une organisation collective capable d'accueillir, de former et de présenter au public des amateurs désireux de pratiquer la musique, et de leur proposer un répertoire adapté à leurs possibilités et à leurs goûts.

En collaboration avec les « Maisons de la Culture » et dans le grand élan du Front Populaire, la F.M.P. prend son essor. En 1937, elle comprend 24 harmonies, 15 chorales et une centaine d'associations sympathisantes. Sous l'occupation allemande, elle sera victime de la répression et dissoute, tandis que deux de ses dirigeants disparaîtront dans les camps nazis.

Une renaissance

1945 – 1949

Après Charles Koechlin, le compositeur Louis Durey, du "Groupe des Six", préside désormais aux destinées de la F.M.P. A ses còtés d'éminentes personnalités du monde de la musique apportent leur collaboration : Jean Wiener, Serge Nigg, Joseph Kosma, Jean Louis Martinet, Elsa Barraine le musicologue Frédéric Robert, François Vercken.

Les Sociétés adhérentes sont des chorales et des ensembles de danses folkloriques, disséminés dans toute la France. À Lyon, la Chorale Populaire qui vient d'adhérer se propose d'implanter la Fédération dans la région. Le comité régional ainsi créé comprend plusieurs chorales(mixtes et enfantines) qui regroupent des étudiants (A.G.E.L.) des employés, ouvriers, cadres ou retraités. En accord avec la direction nationale, il est chargé de la mise en page, de l'impression et de la diffusion du bulletin de liaison : L'ART MUSICAL POPULAIRE, et crée sous ce sigle, une coopérative de partitions qui permet enfin à la F.M.P. de faire connaître un important fond de partitions que les compositeurs adhérents lui ont légué, (voir plus loin).

À la mort de Louis Durey, la cantatrice Irène Joachim et le compositeur Michel Philippot assurent la présidence. À partir de 1981, l'aide du Ministère de la Culture permet à la F.M.P. d'envisager une extension de ses activités sur le plan national, mais huit ans plus tard, dans un contexte économique et budgétaire modifié, ce soutien lui fait défaut. Des activités déficitaires, un taux de cotisation insuffisant des sociétés adhérentes ne permettant pas d'équilibrer les frais de fonctionnement, salaires et charges des permanents et animateurs ne sont plus payés.

Copyright © 2012 - 2014 Association Musicale Populaire | Tous droits réservés